Lors de la séance de son comité syndical du 22 novembre 2013, le SICTIAM modifie ses statuts pour donner l’exclusivité de sa compétence d’aménagement numérique du territoire (compétence 9) au Conseil Général des Alpes Maritimes. La compétence du Conseil Général est transférée au SICTIAM le 31 janvier 2014 et adoptée par délibération par les communes et les EPCI du département.

Le SICTIAM devient alors le maître d’ouvrage de la construction du réseau Très Haut Débit du département des Alpes-Maritimes. Il a la charge de piloter les projets de construction des infrastructures, là où les opérateurs privés ne sont pas intervenus, ainsi que la mise en oeuvre d’un Schéma des usages que le réseau permettra, à terme, de développer sur les territoires.

fotolia_30439810_l

Pour des « territoires intelligents »

Le Schéma directeur départemental des usages et des services numériques (SDDUSN) dresse un état des lieux de la présence publique dans les Alpes-Maritimes dans un contexte où la mobilité et la modernisation des services locaux sont à l’épicentre des enjeux pour les territoires. Ce schéma aux multiples facettes rappelle également la complexité d’un tel projet, liée à la grande diversité des territoires du département. L’objectif du SDDUSN des Alpes Maritimes n’est pas d’unifier ou de standardiser à outrance un mode d’action analogue mais bien d’adapter les usages du réseau aux spécificités des territoires. Les études réalisées analysent notamment les lieux et services présentiels proposés dans une optique d’accessibilité, la présence et la nature des services numériques sur le département, le positionnement et les politiques numériques des principaux opérateurs de télécoms ainsi que l’impact des grands projets d’aménagement sur l’évolution des services locaux.

[themify_quote]Le Schéma directeur départemental des usages et des services numériques constitue un outil […] destiné à promouvoir et exploiter, dans les Alpes-Maritimes, tous les potentiels de croissance de l’économie numérique.[/themify_quote]

Une contribution portée par le collectif

Un document de référence indissociable du Schéma directeur départemental d’Aménagement Numérique (SDDAN 06) qui définit les opérations de déploiement du réseau Très Haut Débit dont l’échéance de couverture totale du territoire est fixée en 2020. Inscrit dans la continuité d’une démarche nationale et encouragée par l’Etat, le SDDUSN précède le futur Schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public. L’objectif de déploiement d’un tel réseau et la mise en oeuvre d’un schéma des usages associés est d’accroître l’accessibilité aux services publics, en cohérence avec la politique d’Egalité des territoires et de la Ruralité.

Un schéma pour l’amélioration des services au public

Une liste non-exhaustive des projets encadrés par le schéma donne notamment la priorité à huit « lignes de services » telles que l’administration numérique, la dématérialisation des processus internes, la modernisation des transports et l’optimisation des déplacements, l’éducation et la formation, la santé et la solidarité, le développement économique, le tourisme, les services d’utilité publics comme l’eau, l’électricité,  les ordures ménagères et enfin, la culture. Ainsi, des outils sont proposés pour le développement d’usages numériques dans ces domaines. Nous pourrions voir naître sous peu un Cloud et un Datacenter public, une géo plateforme collaborative à l’échelle du département, une centrale de visio-services et une borne de visio-contact pour constituer un véritable réseau de communication professionnel, des applications mobiles labellisées « service public » et une plateforme départementale de gestion du patrimoine.

Plusieurs directions à prendre

Le SDDUSN aborde enfin la question de la gouvernance, cruciale dans la réussite d’un projet de création d’un espace public numérique dans lequel les échanges entre l’administration et les administrés seront simplifiés. Qui doit gouverner, comment, et à quelle échelle ? Les notions de citoyen participant, de communauté, d’accessibilité, d’interchangeabilité des guichets et de mutualisation des besoins et des ressources se trouvent au cœur de la réflexion.